Actualités

Derrière le mythe de la grande saisie technologique de la Chine

Source : Pixabay. BMW investit d'importantes sommes d'argent en Chine.
139vues

Malgré les inquiétudes suscitées par le ciblage par la Chine de la propriété intellectuelle étrangère, combien de transferts forcés de technologies de pointe ont réellement eu lieu ? À en juger par l’industrie automobile chinoise, il n’y en a pratiquement pas. S’il y en a eu une, Pékin aura très peu à gagner sur un marché de 25 millions de voitures écoulées par an.

Prenons le cas de Brilliance China Automotive, la société cotée à Hong Kong qui a perdu 53 % de sa valeur depuis l’annonce par BMW de la prise de participation majoritaire dans le groupe. Le constructeur allemand a été le premier partenaire automobile étranger à intervenir après la suppression par Pékin des plafonds de propriété.

Une perte de valeur

Le groupe chinois de BMW a perdu plus de 50 % de sa valeur depuis que le constructeur allemand a annoncé qu’il prenait le contrôle majoritaire de la société. Leur entreprise, BMW Brilliance Automotive, âgée de 15 ans, est une activité lucrative.

Voici une vidéo en anglais montrant le développement de BMW en Chine :

Les ventes unitaires moyennes quotidiennes ont augmenté de 18 % par rapport à l’année précédente au cours des deux premières semaines de décembre, alors que le marché de l’automobile était en chute libre. BMW Brilliance, qui fabrique déjà certains modèles uniquement pour la Chine, prévoit de produire plus de véhicules localement et d’importer moins.

Pas si brillant

Les ventes de voitures de marque BMW ont dépassé celles de la marque Brilliance. Cela soulève une question importante : comment Brilliance China n’a-t-elle pas été en mesure d’acquérir la technologie lui permettant de produire une voiture performante, malgré un partenaire de premier plan ?

La réalité est que les constructeurs automobiles étrangers sont une stratégie bien rodée pour protéger leur technologie la plus avancée et garder les concurrents chinois à distance. BMW a commencé la construction de son usine commune à Dadong, dans la ville de Shenyang, au nord-est du pays, en 2003, mais n’a construit aucune usine de moteurs en Chine avant 2012.

Source :

Bloomberg


Recevez les meilleurs articles par email chaque mardi et jeudi
+ +
Inline
Inline